Historique

Origines et formation du groupe APPUII

Le Groupe d’appui des habitants des quartiers populaires se construit sur le terrain, « en faisant » et en relation avec des démarches expérimentales. La première étape est le soutien apporté par des enseignants et étudiants de l’Ecole Nationale d’Architecture de Paris La Villette au collectif d’habitants de la Coudraie (membre fondateur du comité anti-démolition) à Poissy (Yvelines) de 2006 à 2008, suivi par une observation du projet ANRU jusqu’à aujourd’hui. La seconde étape se rattache au PICRI « Renouveler les pratiques de conception du projet urbain » et prend la forme d’une recherche-action dans le grand ensemble Ouest à Vitry-sur-seine (94407) dont témoigne en 2011 un film intitulé « Apprendre à travailler ensemble ». Le troisième projet est en cours de montage et il mobilise, à ce stade, un habitant référent de la coordination anti-démolition, des techniciens de projet urbain (architecte-urbaniste, animateur de la concertation), des universitaires des écoles d’architecture de Paris La Villette et de Lyon, et de l’Université Paris 8 en appui au collectif d’habitants du quartier de la Plata à Tarare (69170) ainsi que des collectifs locaux de résidents et amicales de locataires.

Parallèlement à ces actions de terrain, un groupe de ce type est évoqué plus précisément en conclusion du colloque « Conflits et écoute. Interroger la coopération sur le projet urbain » qui clôturait le PICRI les 26 et 27 novembre 2010. Un certain nombre d’animateurs de processus de concertation, et divers collectifs d’habitants formulent une attente de ce type dans des quartiers populaires en rénovation urbaine. Il est question de « partir de ce qui se passe sur les terrains, du point de vue des habitants (militance et autres) et de ce qu’ils ont mis en place ou souhaitent mettre en place pour faire entendre leur voix ». On évoque un réseau de personnes/acteurs ressources travaillant au déploiement de méthodes d’accompagnement, au suivi de terrain, à la capitalisation des expériences, à la mise en réseau des collectifs, au décryptage des supports (décrypter les codes de production de la Ville), qu’il s’agisse de secteurs composés de logements sociaux, ou de quartiers anciens en rénovation.

Un réseau se met progressivement en place, et début 2012 il se compose :
-D’universitaires ayant participé au programme de recherche PICRI (initiateurs du projet de groupe d’appui des habitants)
-D’habitants actifs d’associations ou personnes impliquées autour du collectif « pouvoir d’agir »
-De représentants d’amicales de locataires en Ile de France, région lyonnaise, Marseille essentiellement
-De professionnels de projet urbain intégré (architectes, urbanistes, paysagistes, sociologues, animateur de concertation)
-De personnes ressources des réseaux politiques de la Ville

Ce réseau imagine alors trois directions d’action :
-Se faire entendre, proposer des espaces de dialogue et ! de concertation
-Le conseil juridique sur le projet urbain et le logement, ainsi que le relogement
-Le conseil technique sur des aspects du projet urbain ou sur un projet social

Et il se donne un nom : le groupe APPUII et est invité à un des ateliers du colloque « Le community organising: développer le pouvoir des citoyens » qui a eu lieu à Vaulx-en-Velin les 14, 15 et 16 mars 2012.

Publicités