Municipales 2020 : propositions pour remettre les habitants au centre des projets de rénovation urbaine

Nous, association APPUII, collectifs et organisations de son réseau proche, appelons les candidat.e.s aux élections municipales à s’engager sur trois propositions pour remettre les habitant.e.s au centre des projets de rénovation urbaine  : le référendum citoyen sur la démolition, le 1% citoyenneté et l’accès libre des habitant.e.s aux instances politiques et techniques des projets.

Depuis plusieurs années, les participant.e.s du réseau APPUII interpellent les pouvoirs publics pour réclamer plus de « justice dans les projets urbains ». Malgré l’affichage d’une politique urbaine « élaborée pour, par et avec les habitants », de nombreuses expériences habitantes, militantes comme professionnelles confirment que les habitant.e.s des quartiers de la politique de la ville la subissent.

Les projets de rénovation, impliquant démolitions, mixité, déplacements et relogements forcés, sont imposés aux habitant.e.s sans prendre en compte leur impact social et économique. Or, si certains programmes de rénovation urbaine sont jugés nécessaires par les habitant.e.s, leurs mises en place sans concertation entrainent des dommages économiques et psychologiques non négligeables. Aussi, ces opérations privilégient souvent une approche par l’urbanisme, délaissant les conditions de logement, qui devraient pourtant en être l’objectif majeur : vivre dans un logement salubre, accessible, performant énergiquement, à un coût abordable.

De nombreux quartiers populaires nécessitent un investissement massif, mais rien ne justifie que les habitants restent aussi éloignés des prises de décisions. Voici les trois mesures que nous proposons pour répondre à ce déficit démocratique :

1 : Le référendum citoyen sur la démolition
Comme à Londres, où cette mesure vient d’être soutenue par le maire et 15 bailleurs sociaux, tous les résidents concernés doivent pouvoir voter sur la démolition de leurs quartiers et de leurs bâtiments d’habitation. L’initiative sera portée par un collectif concerné par la démolition. Le référendum concernera au moins les habitants dont le logement est démoli ou dont les conditions de vie sont altérées par la démolition, mais le périmètre du vote sera négocié entre le collectif porteur de l’initiative et la maitrise d’ouvrage. Pour ce faire, un garant sera nommé et des fonds publics de droit commun devront être libérés afin d’informer les votants.

2  : Le 1% citoyenneté
Cette mesure, s’inspirant du fonds d’initiative citoyenne défendus par la coordination nationale Pas Sans Nous, permettrait de doter les habitants des moyens nécessaires à une expertise indépendante. À l’échelle locale, ce fonds serait financé par 1% du montant hors taxe des travaux. Les collectifs impactés par les projets seraient gestionnaires des fonds, soumis au contrôle d’une commission paritaire composée des maitrises d’ouvrage, d’habitants et de l’État.

3 : Accès libre des habitants aux instances techniques et politique des projets
La concertation doit primer sur la prise de décision quitte à devoir retarder les étapes de validation. La construction et les principaux arbitrages des projets se déroulent dans les instances techniques et politiques. Elles devront être ouvertes aux habitants et se dérouler à des horaires adéquats. Les documents et informations attenantes devront être diffusés et accessibles à tous et toutes.

Soutenez-vous ces propositions ? Souhaitez-vous les porter sur votre territoire et dans le cadre de votre candidature ? Vous souhaitez plus d’informations et de détails ? L’association APPUII se met à disposition de celles et ceux qui souhaiteraient les porter ces propositions et les adapter à leur territoire. N’hésitez donc pas à nous contacter par mail à : association.appuii@gmail.com ou par téléphone au : 01 72 59 34 61.
Pour partager le document : Interpellation