Université d’été Solidaire Citoyenne et Rebelle : APPUII y était !

Du 22 au 26 aout à Grenoble s’est tenue l’Université d’été des mouvements sociaux. Ce rendez-vous, organisé par ATTAC, réunit de nombreuses organisations syndicales et associatives pour se rencontrer, échanger et débattre pour construire les alternatives de demain.

Capture d_écran 2018-08-26 à 15.04.55

Le réseau APPUII organisait, en partenariat avec l’AITEC, l’Atelier Populaire d’Urbanisme de la Villeneuve, le collectif contre les démolitions imposées, Common Language, la coordination nationale Pas Sans Nous, Habitat en mouvement, un centre-ville pour tous, et l’Alliance Citoyenne de Grenoble une journée sur le thème : « Droit à la ville et luttes dans les quartiers populaires : Défendons nos logements ! »

Dans la continuité des célébrations de l’anniversaire des 50 ans du Droit à la Ville d’Henri Lefebvre, et en particulier de l’évènement du 23 et 24 mai, à l’université Nanterre, et du 16 juin à Grenoble, la journée a rassemblé une centaine de personnes pour débattre de l’éviction des classes populaires du centre vers les périphéries des métropoles face aux processus de gentrification, de spéculation immobilière, de financiarisation ou de rénovation urbaine.

Capture d_écran 2018-09-04 à 15.33.52

Pendant la matinée, les associations et collectifs d’habitants de France et d’Europe ont décrit les luttes qu’ils menaient, les difficultés auxquelles ils étaient confrontés, mais aussi leurs victoires. Djamel Blanchard, président de PSN 49, a pointé du doigt la spécificité de ces mobilisations, le risque de marginalisation qu’elles engendrent, et l’intérêt de l’élargissement des alliances hors des limites du territoire. L’exemple des actions engagées aux Groux à Fresnes par APPUII et à Grenoble par l’Alliance Citoyenne ont éclairé la diversité des formes de mobilisation et l’enjeu de leur rencontre.

Pierre Alain Cardona, membre du collectif un centre-ville pour tous à Marseille, a partagé ses modes d’action contre la gentrification de l’Avenue de la République, faisant écho aux expériences de La Corogne (Espagne) et du DAL. Enfin, Adil, représentant du collectif Schuman à Melun (77), a montré la stratégie de négociations que les habitants ont adoptée avec la mairie contre le projet de démolition d’une partie du quartier, interrogeant les articulations entre les luttes locales et les coordinations nationales.

Capture d’écran 2018-09-04 à 15.33.19.png

Après les témoignages, l’après-midi se consacrait à l’élaboration de propositions concrètes en vue d’interpeller les pouvoirs publics. Cet exercice a mis en lumière la diversité des questionnements portant sur les phénomènes d’exclusion relative à la marchandisation et financiarisation de la ville, mais a surtout affirmé l’enjeu d’espace de travail entre les différentes organisations pour construire un agenda commun.

N.B. : Pour un compte-rendu plus détaillé ou pour rejoindre les discussions collectives entamées sur le droit à la ville, n’hésitez pas à nous contacter !

Publicités