Annulation de la ZAC du Triangle de Gonesse

Suite à la décision du tribunal administratif de Cergy-Pontoise, voici le communiqué du 7 mars 2018 du Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG), dont l’AG aura lieu samedi 17 mars après-midi à Villiers-le-Bel.

Une excellente nouvelle pour les habitants d’Ile de France

cptg

Le Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG) salue la décision du tribunal administratif de Cergy-Pontoise d’annuler l’arrêté préfectoral de création de la Zone d’Aménagement Concerté (ZAC) du Triangle de Gonesse. 

« L’annulation de la ZAC est une excellente nouvelle pour les habitants d’Ile de France », déclare Bernard Loup, président du CPTG. « Ce jugement prouve que l’impact du projet EuropaCity avait été mal évalué par les pouvoirs publics. Un méga-complexe qui bétonne des terres fertiles, c’est néfaste sur le plan environnemental, mais au 21ème siècle c’est aussi une aberration sur le plan économique et social. ».

Rappelons que le projet de mégacentre commercial et de loisirs porté par le groupe de distribution Auchan, allié à l’investisseur chinois Wanda, est censé accueillir 31 millions de visites par an – soit deux fois la fréquentation de Disneyland Paris. Saisi par plusieurs associations, dont le CPTG, en septembre 2017, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise leur a donné raison sur plusieurs points, son jugement relevant « que l’étude d’impact mise à disposition du public dans le cadre de l’enquête publique » est « insuffisante » sur plusieurs points, notamment sur :

  • l’impact énergétique du projet : « Considérant, d’une part, qu’il ressort des pièces du dossier, que si l’étude d’impact analyse de manière complète les besoins énergétiques du projet, l’apport d’énergie nécessaire étant évalué de 29 à 82 GWh/an, le dossier ne précise pas de quelle façon cette production externe sera obtenue, alors que plusieurs installations de dimension importante seront très certainement nécessaires ».
  • l’impact du projet sur la qualité de l’air : le tribunal a relevé que l’étude était insuffisante compte tenu des déplacements prévus de touristes, par la route et par avion.
  • l’urbanisation de terres de qualité, « compte tenu notamment de la suppression de 280 hectares de terres agricoles ».

Ajoutons que pour le CPTG et ses soutiens, signataires le 1er décembre dernier d’une tribune dans le quotidien Libération, au lieu de développer l’activité économique, le projet EuropaCity entraînerait des destructions d’emplois : d’après une étude Mac Kinsey, les 250 000 m2 de surfaces commerciales prévues, qui doublent l’offre existante dans un rayon de 5 km, détruiraient 8000 emplois et accéléreraient la fermeture de petits commerces de proximité, comme à Gonesse (48 fermetures en 9 ans).

Un projet alternatif pour les 670 hectares du Triangle de Gonesse a vu le jour en 2016 : conçu par des structures spécialisées dans les questions agricoles et des professionnels de l’aménagement du territoire, le projet CARMA (Coopération pour une Ambition Rurale et Métropolitaine d’Avenir) propose de mettre en valeur l’intégralité des terres agricoles et d’y développer des activités de formation aux métiers d’avenir, pour et avec les habitants du territoire.

Collectif Pour le Triangle de Gonesse

Contacts : Bernard Loup, président – cptg@nonaeuropacity.com pour le CPTG

Le texte intégral du jugement est à lire ICI / Revue de presse sur le jugement à lire LA

Publicités