Les Groux en chair et en os, en photo, en vidéo et dans la presse

En chair et en os

Ça y est, depuis l’AG de Renaissance des Groux – l’association des habitants de ce quartier de Fresnes – qui s’est tenue le 4 décembre 2017, les permanences hebdomadaires sont lancées ! Organisées par les deux associations Renaissance des Groux et APPUII, elles ont lieu tous les lundis de 16h à 20h au local des Groux, escalier A, RdC Gauche (PLAN).

Des permanences, ouvertes à tou.te.s les actuel.le.s et ancien.ne.s habitant.e.s des Groux ainsi qu’à toutes les bonnes volontés, pour :

  • se retrouver autour d’un café,
  • s’échanger les dernières informations,
  • suivre les situations individuelles et répondre aux questions,
  • faire des propositions et discuter de l’avenir du quartier.

Bienvenu.e.s de 16h à 20h chaque lundi au local des Groux !

Prochaines permanences les 8, 15, 22, 29 janvier 2018

Fresnes 3

En photo et en vidéo

Le documentaire de DNLC – Blockout Music permet à Mahye et quelques autres habitants de revenir sur l’exposition photo « Chronique de la cité des Groux » inaugurée le 14 octobre 2017 (pour rappel, voir ICI). Cette superbe et émouvante exposition est encore visible dans la cité, venez la voir !!!

Mahye : « J’ai eu la chance de retrouver Mathieu (le photographe qui vit actuellement à Marseille). On a pu avoir 700 photos. Avec un groupe d’habitants on a fait le choix d’une cinquantaine de clichés pour pouvoir les exposer dans tout le quartier. Je m’attendais à une soixantaine de personnes, nous étions plus de 300…« 

Dans la presse

L’article « Force citoyenne et politiques urbaines : faut-il détruire pour rénover ? » publié sur Noise – le bruit de la ville revient sur le film 5-7 rue Corbeau réalisé par Thomas Pendzel. Il évoque aussi l’action de l’association APPUII, qui « cherche à faire entendre la voix des habitants concernés par des projets de transformation urbains, à valoriser leur expertise d’usage » et les Groux, où « les résidents ont pu se rencontrer afin de débattre du projet de démolition de leur quartier » le 23 septembre (pour rappel, voir ICI).

L’article pose une question qui traduit une attente forte : « Ces initiatives, impulsées par le bas, sont-elles vouées à gagner en visibilité, et ainsi, peut-être, à modifier la réalité des démarches de transformation urbaines ?« . A suivre en effet…

Publicités